Ce qu’on attend quand on participe à un concours de nouvelles…

On espère gagner, bien sur ! Mais pas que ça.

Participer à un concours demande un investissement certain. Il faut donner un peu de sa personne, de son temps, faire face aux critiques initiales, effectuer les corrections et les coups de rabot nécessaires. Lire et relire (si si, ça m’arrive, surtout pour les concours) et faire des lectures croisées avec d’autres auteurs qui participent, conseiller à son tour…

Alors on attend un peu de considération. Pas grand chose, mais un mail accusant réception, c’est ce que j’appelle le minimum obligatoire, même si pour cause de hors sujet par exemple le texte ne peut être reçu et concourir.

Pour ma part, j’ai participé à cinq concours. Et deux fois sur cinq, rien. Pas un mail de bonne réception, pas un mail annonçant les vainqueurs quand on n’est pas dans la liste finale. Bref, j’ai pas aimé. Alors quand les organisateurs de concours, les maisons d’édition ou les gérants de salons font preuve de cette bonne éducation minimale (et dans ces cas là, c’est souvent plus) il faut le saluer. Je ne citerai pas les deux autres organisateurs de concours, parce que je ne souhaite pas leur faire de la publicité, et parce que la rancœur, c’est maaaal.

Donc, aux remerciements qui vont bien à Laure Massibot des Éditions L’encre Parfumée de Lys (parce que c’est toujours un plaisir de lire ses mails, négatifs ou positifs) et au site We Love Words,  j’ajouterai à la liste Madame Berchenko des Éditions du 38. Je suis ravi d’avoir reçu son mail de réception et d’encouragements. Ça fait toujours plaisir 😀 (en attendant le résultat final, on se sent bien accueilli).

A bientôt pour de nouvelles aventures, chers lecteurs. Des bisous !

Comments are closed.