Catégorie : Humeurs et Rendez-vous

Où l’on parle de « Tintamarre des Sens »

Pour ceux qui ne l’ont pas encore acheté (j’en ai un à la maison, c’est le dernier, mais vous pouvez également l’acheter via votre libraire -petit ou grand-, je vous explique ça ensuite), et qui veulent avoir des avis extérieurs, vous trouverez la critique du livre sur quelques blogs littéraires.

http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/2015/02/tintamarre-des-sens-collectif.html

En plus Malka cite un de mes textes, et j’ai les chevilles qui enflent du coup. Ou alors c’est de l’œdème.

Les critiques constructives sont toujours utiles. Même si certaines ne nous font pas plaisir (ça arrive) elles nous permettent de nous améliorer. Sur chacun des textes postés sur ce blog, vous pouvez laisser un petit message. N’hésitez pas !

Etr

Pour acheter « Tintamarre des Sens », il suffit de cliquer sur l’image du livre qui est dans la colonne de droite du blog. Je peux même faire une dédicace sur le recueil si vous voulez (comme ça, quand je vendrai mon 50 Nuances en bien mieux, vous pourrez les revendre très cher !)

Plein d’amour amis lecteurs !

Interview d’un bel inconnu plein de talent et autres joyeusetés.

Salut les petits loups !

Voilà, on en termine avec une semaine remplie de bonnes nouvelles littéraires !
Comme je suis partageur, je vous livre tout en bloc, avec l’interview d’un petit jeune à découvrir à la fin de ce billet doux .

D’abord, ça y est, j’ai perçu pour la première fois de ma vie des droits d’auteur. Bon, le côté pognon de l’affaire, c’est sans doute le moins intéressant de ce que je fais (ressortez moi cette phrase si un jour j’écris un Best-seller s’il vous plait, ça me fera dégonfler le melon), mais c’est un fait, je suis techniquement devenu un AUTEUR, et j’aurai une ligne en plus à déclarer aux impôts (l’ISF, pas pour tout de suite…).
Ensuite, pour ceux qui sont passés me demander le mot de passe et qui m’ont renvoyé quelques conseils et corrections sur le texte qui était en mode protégé sur le blog, félicitations ! Vous avez participé à l’écriture d’un texte qui sera prochainement publié dans un recueil puisqu’il a été sélectionné. Reste donc à recevoir contrat et travail éditorial. Je vous donnerai des détails d’ici un bon mois je pense.
Enfin, voici un lien sur lequel vous DEVEZ cliquer. Il s’agit de l’interview d’un petit gars sympathique qui s’est lancé depuis un an dans l’écriture… Moi 🙂
Profitez-en pour faire coucou à la charmante demoiselle qui m’a interviewé, elle-même auteur de nouvelles érotiques et bourrée de talent ! J’ai nommée Madame ChocolatCannelle. Son blog fourmille de douceurs et de plaisir, visitez-le vous verrez par vous même.
Chocolatcannelle
http://www.chocolatcannelle.fr/2015/02/13/interview-de-jerk-auteur-erotique-et-jeunesse/

Copains lecteurs, en cette Saint-Valentin, je vous souhaite de l’amour. On se revoit bientôt !

Loooove

[Top]

Ce qu’on attend quand on participe à un concours de nouvelles…

On espère gagner, bien sur ! Mais pas que ça.

Participer à un concours demande un investissement certain. Il faut donner un peu de sa personne, de son temps, faire face aux critiques initiales, effectuer les corrections et les coups de rabot nécessaires. Lire et relire (si si, ça m’arrive, surtout pour les concours) et faire des lectures croisées avec d’autres auteurs qui participent, conseiller à son tour…

Alors on attend un peu de considération. Pas grand chose, mais un mail accusant réception, c’est ce que j’appelle le minimum obligatoire, même si pour cause de hors sujet par exemple le texte ne peut être reçu et concourir.

Pour ma part, j’ai participé à cinq concours. Et deux fois sur cinq, rien. Pas un mail de bonne réception, pas un mail annonçant les vainqueurs quand on n’est pas dans la liste finale. Bref, j’ai pas aimé. Alors quand les organisateurs de concours, les maisons d’édition ou les gérants de salons font preuve de cette bonne éducation minimale (et dans ces cas là, c’est souvent plus) il faut le saluer. Je ne citerai pas les deux autres organisateurs de concours, parce que je ne souhaite pas leur faire de la publicité, et parce que la rancœur, c’est maaaal.

Donc, aux remerciements qui vont bien à Laure Massibot des Éditions L’encre Parfumée de Lys (parce que c’est toujours un plaisir de lire ses mails, négatifs ou positifs) et au site We Love Words,  j’ajouterai à la liste Madame Berchenko des Éditions du 38. Je suis ravi d’avoir reçu son mail de réception et d’encouragements. Ça fait toujours plaisir 😀 (en attendant le résultat final, on se sent bien accueilli).

A bientôt pour de nouvelles aventures, chers lecteurs. Des bisous !

[Top]

Miss Bescherelle 2015 est…

(roulement de tambour virtuel) Elodie !

Une micronews pour vous dire que tous les textes récents sont passés sous les fourches caudines de ma correctrice personnelle (« et tes tirets, tu les mets à la St-Glinglin ? », »tu as écrit ça bourré, non ? ») et ce ne fut pas une mince affaire.
J’ai du coup une pensée pour Cavey, un pote qui se coltinait 143 correcteurs pour ses news, dont 140 avec aucune diplomatie.
Je comprends mec, je comprends.

Bref, merci la mascotte, tu roxes, comme toujours.
Bières et Curly comme salaire pour la mascotte, et bière pour qui veut en boire une avec moi !

Lisez en paix mes frères et sœurs, la Mère Supérieure veille sur vos âmes pécheresses.

[Top]

S’abonner à la newsletter : comment ça marche ?

Me voilà de retour, après, il faut l’avouer, avoir pris un grand coup sur la tête cette semaine et perdu, pour quelques jours, toute envie et toute capacité d’écrire. Mais bon, il faut bien que la déconne reprenne, même si je pense toujours à toutes ces victimes de l’obscurantisme, à leurs familles, aux survivants et à tous ceux qui les ont aidé. Une pensée particulière pour l’un deux que j’ai souvent croisé, Patrick Pelloux, un homme de combats. Pour lui, le plus dur commence aujourd’hui, sans ses amis. (Suffit de dire ça pour que sa tête apparaisse à la télé, bandeau sur la tête et larmes plein les yeux.)

Donc, je disais…

La newsletter, c’est quoi ?

Juste un petit mot de moi, que j’essaierai de rendre mensuel. Un point sur la situation, les concours, un résumé des publications qui pourraient vous intéresser. Les miennes comme celles d’amis.
En bonus, autant que faire se peut, j’y ajouterai un bonus que je vous réserve. Ce mois-ci par exemple, les abonnés ont pu voir la tête du petit Axel, le héros du livre pour enfants qui est en cours d’illustration. Mais ça pourrait être une nouvelle en avant-première pour avoir vos retours et avis, par exemple. Bref, je trouverai toujours un petit cadeau à y fourrer (n’y voyez rien de sexuel).

La newsletter, comment on la reçoit ?

Dans la colonne défilante de droite, sur le blog, vers le bas, sous la couverture des bouquins déjà publiés, vous avec un petit encart dans lequel mettre vos coordonnées (Nom, prénom, mail). Et puis c’est tout. Si vous ne la recevez pas, regardez également dans vos spams, on ne sait jamais. Sinon, faites moi signe, je trouverais bien une solution.
Je m’engage à ne rien revendre de tout ça aux grandes multinationales de l’alimentaire. Vous ne recevrez pas de mail vantant les mérites des OGM de Monsanto, rien d’Unilever ou de Nestlé. Je garde vos données rien que pour moi.

Venez nombreux. Je vous bisoute.

[Top]

Charlie Hebdo

On n’est pas armés. On n’est jamais armés contre la barbarie.
J’ai grandi derrière les dessins de Cabu, Wolinski. J’ai lu et relu les Hara-kiri et les Charlie Hebdo. Et j’ai ri.
Ri de les voir aller là ou je n’aurais jamais le courage de poser le stylo. Ri de leurs conneries, de leur liberté, de leur culot et de leur capacité à aller trop loin avec la force des gens que rien n’effraie.

Aujourd‘hui, des sombres crétins fanatisés, des gens qui pensent que la religion prime sur la loi, ici, en France, en République, et qui se croient capables de juger et de punir, ont tué un petit bout de ma jeunesse et un grand modèle d’irrévérence.

Aujourd’hui, en se disant d’une religion sur laquelle ils crachent par leurs actes, ils nous ont tous touché un peu. Beaucoup. J’en ai un nœud à la gorge et les larmes ne sont pas loin.

Touchés, mais pas tués. Derrière les policiers abattus et l’équipe de Charlie, il y a nous.

Nous sommes Charlie, et nous sommes invincibles. La liberté ne s’assassine pas à coups de Kalachnikov. La liberté se dessine, s’écrit, aussi vrai que les fanatismes se gomment.

Au revoir, mes amis. Je ne vous oublierai jamais.

[Top]

Tintamarre des Sens

Image sans commentaire. Si ce n’est que ça fait toujours du bien à son petit coeur 😀

Tintamarre des Sens

[Top]

Protégé : Ch.4 Le sang et l’encens : le cachectique

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

[Top]

Un salon du livre exceptionnel.

[Top]

Alors, ce premier salon du livre, c’était comment ?

C’est vrai ça, je fais la Journée du Livre Régional d’Etroeungt, et je ne vous raconte même pas comment ça s’est passé !

D’abord, Etroeungt, c’est loin ! (Pas loin de Fourmies, du Val-Joly, de Maroilles… soit pas loin de 150km de chez moi). Mais bon, premier salon, on ne lésine pas sur l’effort !
Deux jours dans l’avesnois lointain, cette terre fertile de l’est de nôtre département. Deux jours loin de ma petite famille, mais deux jours enrichissants (pas financièrement, mais humainement)
Le salon se déroulait dans une salle municipale tenue par des bénévoles d’une grande gentillesse. Café et quatre-quart offert à l’arrivée, sourire… c’est un bon point pour mettre à l’aise le jeune auteur que je suis. Il devait y avoir une cinquantaine d’exposants, auteurs et éditeurs réunis, majoritairement tournés vers l’histoire locale, mais quelques amateurs de SF, des poètes, des Bénédictines (mes voisines. Si si… ). Quelques jeunes (allez, sept ou huit), et des moins jeunes (le reste)
L’ambiance est conviviale, les auteurs semblent pour la majorité se connaître mais n’hésitent pas à venir papoter et conseiller le petit jeune que je suis.
Les visiteurs sont dans l’ensemble assez âgés, ou alors sont des officiels (sous-préfet, maires -dont le sosie de JP Darroussin, qui nous accueillait- , président d’associations commerciale de la région… j’en oublie. Quelques quadras et trentenaires le dimanche matin, avec leurs enfants (crotte, c’est pas bon pour le commerce ça) venus pour la remise des prix d’un concours de poésie. (suite…)

[Top]